Skip to content

Shopify retire de la vente les produits officiels de Donald Trump

(ETX Studio) – Les sanctions continuent de tomber pour Donald Trump. Shopify, la plateforme permettant de créer plus facilement son site d’e-commerce, a fermé les deux sites de Donald Trump invoquant le non-respect de leur politique d’utilisation. Ces sanctions surviennent après les émeutes du Capitole, menées par les partisans pro-Trump et les déclarations subversives du président sortant.

Cette fois-ci, le coup est dur pour le président américain. La plateforme de commerce en ligne a tapé là où le bât blesse pour l’homme d’affaires en fermant les deux sites tenus par The Trump Organization et l’équipe de campagne de Donald Trump, a dévoilé The Wall Street Journal. Les deux sites, TrumpStore.com et Shop.DonaldJTrump.com, n’étaient plus accessibles dès le jeudi 7 janvier au matin. Une conséquence directe de l’attitude du président républicain suite aux émeutes du Capitole par ses propres partisans. Donald Trump n’avait pas hésité à continuer de propager de fausses informations au sujet de l’élection qui “leur avait été volée”, selon lui, tout en apportant son soutien à ces “patriotes”, comme il les a qualifiés. 

Une porte-parole de Shopify a déclaré au Wall Street Journal que la plateforme avait décidé de fermer ces deux sites pour violation de la politique de l’entreprise qui interdit aux vendeurs de faire la promotion ou de soutenir des organisations ou des personnes qui promeuvent la violence. “En conséquence, nous avons fermé les magasins affiliés au président Trump”, a-t-elle confirmé au Wall Street Journal.

Ces sanctions s’ajoutent aux multiples mesures prises par les réseaux sociaux. Facebook a banni Donald Trump pendant une durée d’au moins deux semaines, tandis que Snapchat bloquera son compte indéfiniment. Suite aux scènes incroyables survenues le mercredi 6 janvier au Capitole, de nombreuses voix se sont levées pour critiquer aussi bien le président américain pour son inaction face aux violences, mais également les plateformes qui ont réagi bien trop tard face à la désinformation.

(Crédits photo : Brendan Smialowski / AFP )