Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Partie 1 - La Voiture, Transport En Commun Du Futur

L’autopartage plébiscité

4 minutes de lecture

Possession vs usage

Dans dix ans, pour la moitié des Européens, l’automobile sera encore un bien dont on est l’unique propriétaire. Les autres prédisent qu’elle sera un bien que l’on possède à plusieurs ou un service auquel on aura recours le temps d’un besoin. Les 50 ans et plus figurent parmi les plus optimistes quant à l’évolution de la voiture vers un service (excepté en Allemagne), les 18-29 ans l’imaginent plutôt comme un bien que l’on possèdera à plusieurs.

Posséder une voiture reste important

24 % des Européens imaginent ne jamais posséder de voiture, avec des disparités importantes entre les pays. En effet, 30 % des consommateurs au Royaume-Uni pourraient suivre cette voie, mais ils sont seulement 14 % en France.

Les femmes, « accros » du volant !

À l’exception de l’Allemagne, du Portugal et de la Turquie, les femmes européennes sont plus nombreuses que les hommes à être attachées à la possession de la voiture ; et cette différence est encore particulièrement marquée en France !

Quand l’automobile se partage

Plus de quatre Européens sur dix se disent prêts à partager l’usage d’un véhicule d’ici dix ans.

Les Turcs, les Italiens et les Allemands se projettent davantage dans ce type d’utilisation que les Belges et les Britanniques. En Belgique, seuls 29 % des consommateurs imaginent utiliser personnellement un véhicule qui ne leur appartient pas, et 34 % au Royaume-Uni. On est loin des 61 % de Turcs, des 45 % d’Italiens ou des 44 % d’Allemands qui seront partants pour se servir d’un véhicule dont ils ne seraient pas les propriétaires !

Les femmes moins « partageuses »

Les femmes européennes sont moins nombreuses que les hommes à envisager l’utilisation d’un véhicule qui ne leur appartient pas. Si 47 % des hommes se projettent bien dans l’usage partagé, elles ne sont que 37 %.

Du côté du covoiturage

Les Portugais et les Turcs apparaissent comme des pionniers du covoiturage, suivis par les Français et les Espagnols, quand les consommateurs au Royaume-Uni et en Italie semblent avoir peu recours à ce mode de partage des véhicules.

Ce sont les 18-29 ans qui boostent ces chiffres ! En France par exemple, 40% des jeunes ont déjà pratiqué le covoiturage, contre 23% des 30-49 ans et seulement 9% des plus de 50 ans.

Quand covoiturage et autopartage se développent

Au cours des dix prochaines années, trois quarts des Européens estiment que ces nouvelles solutions de mobilité se développeront. Les Britanniques semblent moins convaincus que leurs voisins : ils sont « seulement » 59 % à voir un essor de l’autopartage et 62 % à prédire un développement du covoiturage, contre par exemple 79 % des Italiens et des Portugais sur l’autopartage et 83 % des Français sur le covoiturage. Le forfait mobilité est un peu moins plébiscité avec en moyenne 66 % des consommateurs en Europe qui pensent que cette solution peut se développer.

Une plus forte proportion de femmes compte sur le développement de solutions innovantes, aussi bien en termes de covoiturage ou d’autopartage que de forfait mobilité.

Et la location ?

La popularité des solutions de location longue durée (LLD) et de location avec option d’achat (LOA) est très faible en Allemagne et en Belgique, alors que de fortes attentes existent sur ces sujets en Turquie, au Portugal ou encore en Espagne.

Sous-Partie 7
La voiture, encore et toujours
Lorsqu’ils se projettent sur les dix prochaines années, les Européens n’anticipent pas de révolution quant à la place de l’automobile dans nos sociétés : pour les trois quarts d’entre
Sous-Partie 9
Voiture et pollution
Près de 60 % des Européens pensent que la voiture est la cause principale de la pollution. Les Espagnols (76 %) et les Italiens (67 %) ont une perception exacerbée de la responsabilité de la voitu