Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Partie 1 - Le consommateur européen en mode alternatif

Consommer Responsable

4 minutes de lecture
Autour de nous, la notion de consommation durable bat son plein ! Wikipédia a même intégré la notion de consommation responsable, ou consommation soutenable. Elle y est définie comme un « comportement qui intègre le fait que les ressources sont limitées, et correspond à un engagement civique actif en vue de la qualité de vie personnelle et collective ».

Passer au vert !

Prise de conscience

La place du développement durable dans l’actualité, les entreprises, l’économie… est de plus en plus prépondérante. La conscience écologique s’est emparée de l’Europe, et nous voilà tous convertis à la consommation responsable ! Au global, 55 % des Européens affirment avoir une conduite éthique et être préoccupés par les questions environnementales.

Les 6 Commandements

Aux vues du graphique suivant, on constate que ces 6 piliers de la consommation durable concernent déjà une grande majorité des Européens, et en concerneront encore plus demain. Ce constat est particulièrement saisissant pour la consommation d’énergie, d’eau, d’électricité… et pour la consommation de produits de saison. Ces 2 éléments concerneront demain la quasi-totalité des Européens ! Mais les 4 autres items ne sont pas en reste avec des prévisions tournant autour de 9 consommateurs sur 10.

La santé comme moteur

L’argument santé compte avant tout dans la consommation des Européens. On le retrouve bien dans la volonté des consommateurs de privilégier les produits locaux et de saison, dont les bénéfices nutritionnels ont été démontrés. Soucieux de leur santé, les consommateurs vont vers des produits engageant une consommation beaucoup plus qualitative.

À la recherche d’une consommation plus saine et équilibrée, les Européens vont même jusqu’à faire appel à des « coaches » – interlocuteurs dédiés qui surveillent leur alimentation et les guident afin de préserver leur forme. 29 % des Européens se disent très intéressés par ce type d’accompagnement !

1 distribution + directe

Le consommateur, fatigué par la crise et des budgets de plus en plus serrés, reprend le pouvoir sur sa consommation et s’affranchit des réseaux classiques de distribution, pour aller au plus près des producteurs.

Chacun y trouve son intérêt : une meilleure rémunération pour les producteurs et une baisse des prix du côté des consommateurs.

Plus de 60 % d’entre eux se disent prêts à privilégier les commerces de proximité, comme les petits commerces de quartier ou les marchés. Ils souhaitent soutenir les produits régionaux.

Alors qu’aujourd’hui 55 % des Européens ont déjà acheté une fois auprès d’un producteur, ils seront près de 8 consommateurs sur 10 à le faire dans les prochaines années.

Attention cependant, ces chiffres ne signent pas la fin des grandes surfaces pour 60 % des Européens (surtout en Europe de l’Ouest), mais on observe bien là une prise de conscience par les consommateurs de leur rôle à jouer dans la distribution. Ils décident de plus en plus des circuits à emprunter.

L’engagement des marques

Dans la mouvance de cette montée de militantisme, les consommateurs sont plus vigilants à l’égard des marques, qu’ils souhaitent plus transparentes, honnêtes et intègres. Les consommateurs sont aujourd’hui très attentifs aux messages véhiculés par les marques, qui doivent donc s’adapter.

Leur engagement social est particulièrement influent dans le choix que font les consommateurs d’une marque au lieu d’une autre. Leur engagement sociétal arrive en deuxième position, juste avant le critère environnemental.

On peut ainsi affirmer qu’une consommation responsable, c’est avant tout une consommation collective, et non plus individuelle, où les habitants se rassemblent pour sanctionner les entreprises qui ne se préoccupent pas de la situation de l’emploi dans leur pays.

Au final, les consommateurs ne feront plus vraiment un choix en comparant les marques entre elles, mais en allant vers celles qui se montreront les plus transparentes et droites envers eux. Les marques ne devront plus se contenter de surenchérir dans leur communication à l’aide de « coups marketing », mais devront saisir l’état d’esprit des consommateurs et démontrer que leurs valeurs sont en accord avec eux.

Sous-Partie 5
Consommation 2.0
Un nouveau profil de consommateurs est apparu : connectés à tout moment, partout. Ils ont une prodigieuse soif d’information, un besoin d’être éclairés en permanence, et de maîtriser au
Fin de l'étude
Le consommateur européen en mode alternatif