Skip to content

Acheter un cadeau de luxe de seconde main, une tendance qui se confirme

(ETX Studio) – La Saint-Valentin approche à grands pas. Et si vous décidiez d’offrir un sac de créateur ou une belle paire de chaussures à votre moitié sans vous ruiner ? C’est possible grâce au marché du luxe d’occasion, en plein essor depuis ces dernières années. 

Il y a encore quelques années, vous étiez capable d’économiser pendant des mois après avoir repéré le cadeau de luxe qui allait faire craquer à coup sûr votre partenaire pour la Saint-Valentin. Ça, c’était donc il y a 5 ans. Car il y a fort à parier que vous ayez adopté de nouvelles façons de consommer entre temps, comme le fait d’opter pour la seconde main. 

En plein boom depuis ces dernières années, le marché d’occasion a aussi envahi l’univers du luxe. Selon le rapport True Luxury Global Consumer Insight du cabinet Boston Consulting Group et de la Fondation Altagamma, la croissance du marché du luxe d’occasion est quatre fois plus rapide que celle du neuf et pourrait atteindre les 36 milliards de dollars en 2021, soit plus de 29 milliards d’euros (contre 25 milliards de dollars en 2018). 

Les mentalités ont évolué : offrir des cadeaux d’occasion devient de mieux en mieux perçu, y compris dans le domaine du luxe. “Avant, il y avait un côté affectif et émotionnel par rapport à l’objet ‘luxe’ où la rareté créait le désir, la convoitise. Aujourd’hui, les comportements d’achat sont différents : il y a une réelle volonté de consommer mieux et d’acheter à un juste prix. Fini la fast fashion, place au luxe d’occasion. La conscience collective d’agir pour faire face à l’urgence écologique a changé les comportements individuels”, analyse la plateforme de paiement en ligne Obvy. 

Où se procurer du luxe d’occasion ? 

C’est probablement en ligne que vous dénicherez les meilleures affaires. Pour les vêtements, le spectre est large. En effet, il n’est pas rare de trouver des pièces griffées sur des plateformes de revente type Vinted ou Vestiaire Collectif à des prix largement accessibles.

Des enseignes de modes physiques ont également pris le pli du “vintage” : c’est par exemple le cas de la maison québécoise Simons, qui a lancé en septembre dernier une collection de vêtements de grands créateurs d’occasion, en partenariat avec les entreprises spécialisées dans la consignation de luxe LRXandCO et VSP Consignment.

Une autre solution consiste à chiner friperies et vide-greniers. Même si cette année, les options risquent d’être limitées, compte tenu du couvre-feu et des restrictions sanitaires. 

La plateforme Obvy propose également un système de paiement en plusieurs fois. “Cette offre s’adresse aussi bien aux néo-clients qui veulent accéder à une marque, qu’aux clients fidèles qui revendent les produits achetés neufs pour en racheter d’autres. Une démarche similaire à l’antécédent essor des dépôts vente où l’on s’y rendait pour faire des économies”, explique l’entreprise dans un communiqué.

À titre d’exemple, une paire de chaussures d’occasion de la célèbre marque Louboutin pourra être acquise à 400 euros (contre environ 675 euros pour le prix neuf) sur Obvy ou encore un collier “Histoire d’or” pour la modique somme de 20 euros, soit 60 euros de moins que son tarif classique. 

(Crédits photo : ChiccoDodiFC / Getty Images )