Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

France : les dépenses de consommation des ménages en hausse de 0,1% en juin

31
juil
2012
Les dépenses de consommation des ménages ont progressé de 0,1% en juin selon les chiffres publiés par l’Insee. C’est la troisième hausse d’affilée et elle s’appuie sur une progression de 0,5% des achats de biens manufacturés. Sur l’ensemble du deuxième trimestre, les dépenses en biens baissent toutefois de 0,2%. La consommation de services devrait compenser ce recul, soutenant une légère hausse de la consommation totale qui amortirait la contraction attendue du PIB. Cette faible progression masque des détails un peu meilleurs, comme en atteste la hausse plus forte de 0,5% de la consommation de produits manufacturés. Comme en mai, le recul des dépenses d’énergie (-1,3% après -2,9%) tire fortement le résultat vers le bas. La baisse nette des achats vestimentaires (-1,7%) pèse également lourdement mais elle fait suite à un bond de 9,3% au mois de mai (qui venait lui-même corriger une chute de 9,6% en avril). Ce secteur continue de faire les frais du mauvais temps. Il faut espérer que le mois de juillet sera meilleur à la faveur des soldes. Les ventes de voitures accusent un repli inattendu (compte tenu de la hausse des immatriculations et des offres promotionnelles concédées par les concessionnaires pour écouler les stocks) mais limité (-0,2%). Les achats alimentaires rebondissent de 1%, amorçant un redressement attendu après leur chute de près de 3% en cumulé sur mars et avril. Les dépenses d’équipement du logement, en hausse de 1,3%, rattrapent aussi le terrain perdu le mois précédent. Malgré la hausse enregistrée sur chaque mois du deuxième trimestre, les dépenses en biens s’inscrivent en baisse de 0,2% sur l’ensemble du trimestre par rapport au premier à cause de l’acquis très négatif hérité de leur chute de 2,6% en mars. En revanche, le troisième trimestre démarre mieux, bénéficiant d’un acquis de +0,2%. L’ampleur de ce recul trimestriel est limitée mais il n’en marque pas moins la première baisse depuis le deuxième trimestre 2011.

Source : Recherche économique BNP Paribas.


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi