Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Fraude à la carte bancaire: déjà près de 18.000 signalements sur une nouvelle plateforme en ligne

28
août
2018

(AFP) – Quelque 18.000 signalements de fraudes à la carte bancaire ont d’ores et déjà été enregistrés via une nouvelle plateforme en ligne lancée début juin et favorisant les démarches des victimes, a indiqué mardi le ministère de l’Intérieur.

Baptisée Percev@l et accessible sur le site service-public.fr, cette plateforme ouverte depuis le 9 juin a été mise en place par le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la Gendarmerie nationale.

Les 17.831 signalements représentent 42.334 usages frauduleux de cartes bancaires pour un préjudice total de plus de 5,5 millions d’euros, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur.

« Cela représente désormais environ 270 signalements par jour en moyenne », a détaillé le colonel Cyril Piat, adjoint au chef du C3N, lors d’une présentation du dispositif au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, au pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale à Pontoise. 

Selon un rapport de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, publié début juillet, la fraude sur les moyens de paiements émis en France a nettement reculé (-6,8%) en 2017 pour un montant de 744 millions d’euros. 

Les fraudes à la carte bancaire, mode de paiement préféré des Français, ont représenté près de la moitié du montant total (48%) des escroqueries enregistrées, soit 360,7 millions d’euros, a précisé ce rapport.

Une autre plateforme baptisée Thésée, mise en oeuvre par la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (SDLC) de la police judiciaire, doit voir le jour en 2019, a par ailleurs précisé la place Beauvau.

Elle permettra de déposer plainte en ligne pour tout fait d’escroquerie sur internet et visera principalement les piratages de mail, les arnaques à la romance, les « ransomwares » (ou « rançongiciels » en français), les chantages en ligne et les fraudes aux faux sites de vente, selon Valérie Maldonado de la SDLC.

Dans le domaine des violences sexuelles et sexistes, la plateforme de signalements qui devait initialement être lancée au printemps, le sera finalement en octobre, selon l’Intérieur.

Ces différents dispositifs numériques entrent dans le cadre de la police de sécurité du quotidien (PSQ) annoncée en février par M. Collomb.

(Crédits photo : PeopleImages / istockphoto.com )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi