Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Voitures-radar privées: lancement lundi, dans l’Eure

20
avr
2018

(AFP) – Les premières voitures privées équipées de radars vont commencer lundi dans l’Eure à pouvoir flasher les automobilistes en excès de vitesse, un dispositif qui sera étendu à tout la France métropolitaine d’ici à 2020, a annoncé vendredi la Sécurité routière.

« Le système va commencer à fonctionner lundi sur les routes de l’Eure avec cinq véhicules qui vont commencer à flasher », a expliqué Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité routière lors d’une conférence de presse à la préfecture à Évreux.

Il sera progressivement étendu à la Normandie avec 26 véhicules. L’objectif est que ces véhicules soient « opérationnels à l’été », a précisé la délégation interministérielle, interrogée par un correspondant de l’AFP.

A partir de 2019 et jusqu’en 2020, le dispositif sera déployé sur toute la France métropolitaine, avec « l’objectif d’avoir 383 véhicules opérationnels », selon la même source. Actuellement affectées aux gendarmes et aux policiers, ces voitures vont progressivement être transférées au privé, même si elles resteront propriété de l’État.

L’idée est « d’augmenter la capacité de flasher », a précisé M. Barbe. L’objectif assigné aux sociétés privées sera en effet de 08H00 par jour, tous les jours, y compris les jours fériés et la nuit, alors que le temps d’utilisation quotidien de ces véhicules est aujourd’hui de 01H30, selon la délégation.

Mais il n’y aura « pas de rétribution au nombre de flashs », a assuré M. Barbe. « On rémunère la société uniquement pour conduire sur les itinéraires prévus par l’État. La rémunération est fondée uniquement sur le nombre de kilomètres à parcourir sur un mois donné », a souligné M. Barbe.

Le marché normand a été attribué à la société Mobiom sélectionnée parmi 21 offres pour faire conduire des voitures-radar dans la région. Il s’agit d’une filiale de l’entreprise Challancin (propreté, sécurité, services à la personne) qui affiche un chiffre d’affaires de 182 millions d’euros en 2017 et 7.000 collaborateurs.

(Crédits photo : CHARLY TRIBALLEAU / AFP )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi