Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Black Friday : les Français veulent des marques qui vendent un monde "positif" et sans Covid

12
nov
2020

(ETX Studio) – Depuis l’arrivée de la pandémie, les marques s’en donnent à coeur joie et multiplient les messages de promotion axés sur la crise sanitaire ou « le monde d’après ». Une stratégie de communication qui a toutefois fini par lasser les Français. Plus de 30% d’entre eux privilégieront les marques qui délivrent des messages positifs, montre un récent sondage réalisé par Verizon Media. 

Prévu le 27 novembre, le Black Friday approche à grands pas. Si certains Français préfèrent tourner le dos à cet événement promotionnel décrié pour son consumérisme, d’autres au contraire y voient une bonne occasion de dénicher les cadeaux de Noël à des prix battant tous les records. 

Selon le sondage, 38% comptent acheter leurs cadeaux en ligne et 57% ont bien l’intention de dépenser autant dans ce domaine que l’année dernière, tandis que 30% envisagent de dépenser moins. Mais les exigences des consommateurs ne s’arrêtent pas à l’aspect financier. En effet, 31% privilégieront les marques qui délivrent des messages positifs.

Par « messages positifs », les sondés ne pensent pas à ceux qui évoquent « le monde d’après », mais plutôt un monde sans Covid tout court ! Les plus jeunes (18-24-ans) souhaitent quant à eux des messages publicitaires « inédits » et « innovants ». 

« Ces anticipations marquent un changement dans l’état d’esprit des Français. Ils souhaitent consommer de manière responsable, mais ne demandent plus autant aux marques de se montrer utiles à la lutte contre l’épidémie ou la crise économique. Ils attendent tout simplement qu’elles jouent un rôle d’innovation, de créativité, bref qu’elles leur permettent de se changer les idées face à un discours anxiogène perçu comme parfois confus et surtout lassant », analyse Benjamin Soubeille, directeur marketing de Verizon Media.

Autre élément surprenant de l’enquête : contrairement aux autres millésimes, les jouets ne figureront peut-être pas au palmarès des cadeaux les plus achetés cette année. La raison ? La surconsommation de ces produits lors du premier confinement. En effet, les sondés expliquent ne pas avoir lésiné sur l’achat de jouets, principalement pour occuper leurs enfants, ces derniers étant obligés de rester à la maison puisque les écoles étaient fermées. 

Enquête réalisée sur 2000 Français âgés de 16 ans et plus entre septembre et octobre 2020. 

(Crédits photo : mediaphotos / IStock.com )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi