Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Dyson choisit Singapour pour fabriquer sa voiture électrique

23
oct
2018

(AFP) – Le groupe britannique Dyson a choisi Singapour pour fabriquer la voiture électrique qu’il développe depuis quatre ans et dont le lancement est prévu pour 2021.

« Aujourd’hui, Dyson a confirmé que son conseil d’administration avait approuvé la décision de construire son premier site de production automobile à Singapour. La construction de l’usine sur mesure, comprenant deux étages, doit s’achever en 2020 », a annoncé l’entreprise dans un communiqué mardi.

En septembre l’an passé, il a révélé qu’il travaillait depuis 2014 sur un projet de voiture électrique. Depuis, 400 ingénieurs affectés au développement dudit véhicule se sont installés à la fin de cet été sur un nouveau centre de recherche dans le sud-ouest de l’Angleterre.

« L’équipe automobile de Dyson progresse de manière remarquable depuis les hangars ultramodernes du terrain d’aviation de Hullavington dans le Wiltshire où nous investissons 200 millions de livres sterling » (227 M EUR), a expliqué le PDG du groupe, Jim Rowan, dans un e-mail adressé au personnel et publié par l’entreprise.

« Il est temps aujourd’hui de passer au stade de l’assemblage et de la production », a ajouté M. Rowan, prévenant que « choisir le site de production de nos voitures est une décision complexe ». Le choix de Singapour pourrait il est vrai en décevoir certains au Royaume-Uni qui espéraient un choix britannique, d’autant que James Dyson s’est montré à titre personnel favorable à l’affirmation de son pays via le Brexit.

« Notre présence et nos équipes actuelles à Singapour, associées aux compétences avancées importantes de ce pays en matière de fabrication, en faisaient un favori », a toutefois souligné M. Rowan. « Singapour donne également accès à des marchés à forte croissance, de même qu’à une chaîne logistique très complète et à une main-d’œuvre hautement qualifiée. »

– Développement secret –
Le groupe emploie 1.100 personnes dans la cité-État du sud-est de l’Asie, où il compte désormais doubler ses effectifs.

Dyson compte en outre 4.800 employés au Royaume-Uni, où ses effectifs ont été multipliés par 2,5 ces cinq dernières années. Outre son nouveau site de R&D de Hullavington construit sur un ancien terrain d’aviation de la Royal Air Force, Dyson dispose pour ses autres activités d’un vaste centre de recherche à Malmesbury, à quelques kilomètres de là, où travaillent plus de 4.000 personnes.

Toutes activités confondues, Dyson emploie environ 12.000 personnes dans le monde, dont un pan important en Asie du Sud-Est où se trouvent ses centres de production.

Créé à la fin des années 1970 par l’inventeur James Dyson, le groupe a démarré en fabricant des aspirateurs sans sac, avant d’étendre ses activités aux sèche-cheveux, purificateurs d’air et batteries.

Mais Dyson veut mettre désormais le paquet sur le développement d’une voiture électrique, dotée d’une batterie maison. Il envisage d’y investir 2 milliards de livres dans le cadre d’un plan d’investissement plus large dans le secteur technologique.

Le développement de cette automobile reste secret mais James Dyson a laissé entendre dans une interview début août au magasine GQ que ce véhicule viserait le segment haut de gamme et qu’il contiendrait « quelques » systèmes de conduite sans pilote. Il y a promis une voiture d’un genre nouveau, disant: « Ce que nous sommes en train de faire est assez radical ».

Dyson a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 3,5 milliards de livres (3,9 milliards d’euros), en forte hausse de 40% sur un an. Le groupe appartient à 100% à son fondateur James Dyson.

(Crédits photo : Christophe ARCHAMBAULT / AFP )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi