Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Fini l’effet « gilets jaunes », le marché auto français repart en hausse

01
mar
2019

(AFP) – Le marché automobile français a progressé de 2,1% en février, renouant avec la croissance après cinq mois de baisse consécutifs, grâce aux bonnes performances de PSA et à l’arrêt des perturbations liées aux « gilets jaunes ».

PSA, premier groupe automobile français (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel), a fait beaucoup mieux que la moyenne avec une hausse de 10,7% de ses immatriculations, tandis que les livraisons du groupe Renault (avec Dacia et Alpine) sont restées stables (+0,3%), selon les données du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) publiées vendredi.

Au total, 172.443 voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de France en février. Ce bon chiffre permet au marché de s’inscrire en progression de 0,5% sur les deux premiers mois de l’année, alors que le CCFA table sur un marché stable à un haut niveau pour 2019.

« C’est plutôt positif pour lancer le salon de Genève » qui ouvre ses portes mardi à la presse, a commenté François Roudier, directeur de la communication du CCFA. « Avoir un marché sain et sur un haut niveau est une très bonne chose pour les constructeurs français qui renouvellent cette année les Peugeot 208 et Renault Clio », deux modèles cruciaux à fort volume.

– Effet WLTP –

De septembre à janvier, le marché automobile français avait enregistré cinq mois de recul consécutifs, victime d’abord de l’entrée en vigueur en Europe d’une nouvelle procédure d’homologation des véhicules (WLTP), plus exigeante sur les rejets polluants, qui a contraint certains constructeurs à retirer des produits de la vente.

A partir de fin novembre, les manifestations de « gilets jaunes » sur les ronds-points avaient également ralenti les commandes et les livraisons de véhicules. Cet effet a disparu, a estimé M. Roudier, soulignant que « les manifestations se concentrent désormais dans les centres-villes où il n’y a quasiment pas de concessions automobiles ».

En février, les constructeurs français ont fait mieux que le marché avec une progression de 6,3% et leur part a augmenté de 2,3 points à 58,6% des immatriculations.

Le numéro un PSA a profité d’une bonne performance de Citroën (+20,1%), tirée par ses nouveaux SUV (4×4 de loisir) C3 Aircross et C5 Aircross. Au sein du groupe, DS (+25,7%) et Opel (+24,6%) font encore mieux, tandis que Peugeot progresse plus lentement (+2,5%) après avoir atteint des niveaux élevés l’an dernier.

Chez Renault, la marque au losange recule de 1,4%. Sa marque roumaine à bas coûts Dacia (+3,4%) continue cependant de bénéficier des performances solides du SUV Duster et de la citadine Sandero.

– Hyundai devant Fiat –

Du côté des étrangers, le groupe allemand Volkswagen reste de loin le premier importateur avec 11,8% de part de marché et occupe la troisième marche du podium. Ses immatriculations ont progressé de 2,8% en février.

La marque Volkswagen (+3,1%) est tirée par son nouveau SUV compact T-Cross. Ses filiales Seat (+16,7%) et Skoda (également +16,7%) font par ailleurs nettement mieux que ses labels haut de gamme Audi (-6,7%) et surtout Porsche (-68,2%).

Juste derrière le géant allemand, Toyota reste à une très bonne cinquième position, malgré une baisse de 2,1% de ses immatriculations.

Le constructeur japonais devance Ford (-7,7%), en grande difficulté en Europe et qui a annoncé la fermeture de son usine de boîtes de vitesse à Blanquefort, près de Bordeaux.

Sur le mois de février, la marque américaine est presque rattrapée par le groupe Hyundai (avec Kia), dont les immatriculations augmentent de 1,9% grâce à des produits renouvelés qui incluent des versions électriques et hybrides.

Avec 3,8% de parts de marché, le constructeur coréen passe devant le groupe FCA qui inclut les marques Fiat, Jeep et Alfa Romeo. L’ensemble américano-italien voit ses livraisons chuter de 15,9%.

Le groupe Nissan (avec Infiniti), partenaire japonais de Renault, fait encore moins bien et poursuit sa glissade des derniers mois avec des immatriculations en recul de 32,1%.

Du côté des groupes allemands « premium », Daimler progresse de 8,4% en février, mais les volumes sont surtout tirés par les petites citadines Smart (+81,9%), alors que Mercedes fait un peu mieux que le marché (+2,4%). Son rival bavarois BMW (avec Mini) subit lui un recul de 13,5% de ses volumes.       

(Crédits photo : welcomia / IStock.com )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi