Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Quésaco : le système d'adaptation intelligente à la vitesse, obligatoire dans les voitures neuves en 2022

10
déc
2021

(ETX Daily Up) – Les constructeurs automobiles vont bientôt avoir l’obligation d’intégrer dans leurs véhicules neufs vendus dans l’Union européenne un « super-limiteur » de vitesse, capable d’adapter l’allure du véhicule aux limitations en vigueur. A partir de juillet 2022, dans ces véhicules, le moindre excès de vitesse sera ainsi signalé au conducteur, qui sera alors invité à ralentir.

Qui est-ce que cela concerne ?

A compter de juillet 2022, tous les nouveaux modèles commercialisés dans l’Union européenne devront être dotés d’un système d’adaptation intelligente à la vitesse (AIV). Deux ans plus tard, ce sont l’ensemble des voitures vendues en Europe sortant des chaînes de production, modèles récents ou non, qui devront en être équipés.

Comment ça marche ?

Pour bien fonctionner, ce système fait appel à une caméra placée à l’avant du véhicule, chargée de déchiffrer les panneaux routiers. Ces données, croisées avec celles du GPS permettent de déterminer en temps réel la vitesse maximale autorisée. Lorsqu’elle est dépassée, le conducteur est immédiatement alerté via une double alerte (visuelle et sonore). Dans le même temps, le système agit directement sur la puissance de propulsion de la voiture, de telle sorte qu’accélérer devient beaucoup plus dur lorsque le conducteur appuie sur la pédale.

Vers la fin des excès de vitesse ?

Le but de ce système est de prévenir le conducteur lorsqu’il dépasse la vitesse maximale autorisée et de la réduire en conséquence. Mais il n’est pas possible d’empêcher le conducteur de malgré tout continuer à accélérer, ne serait-ce qu’en cas de danger ou d’urgence. Celui-ci ne pourra simplement plus plaider la bonne foi puisque le système lui aura indiqué qu’il roulait bien trop vite.

Pour rappel, toujours à compter de juillet 2022, les constructeurs automobiles auront également l’obligation d’intégrer dans tous leurs nouveaux modèles destinés au marché européen une « boite noire » destinée à enregistrer une multitude d’informations techniques qui pourront être exploitées en cas d’accident, qu’il s’agisse de la vitesse du véhicule, de l’angle du volant, du degré d’activation du freinage, de l’activation ou non de l’ensemble des systèmes de sécurité du véhicule, etc.

(Crédits photo : Al Serov / Shutterstock )


+ D'autres articles

Retour en haut de la page

+ Vous pourriez aimer aussi