Skip to content

Face à la méfiance des consommateurs, marques et enseignes ne craignent plus de se montrer transparentes

Vu chez Lidl

Depuis peu, Lidl partage la totalité de son catalogue de produits à sa marque (soit près de 2 000 références, 100 catégories et 90% de son offre) avec trente applications consommateurs parmi lesquelles Yuka, ScanUp, Innit, QuelProduit (UFC Que Choisir), Allergobox ou encore INCI Beauty pour les cosmétiques. Une première pour une marque distributeur et une bonne occasion pour elle de venir prouver la qualité et la transparence de son offre…

Qu’en penser ?

Face à l’attente croissante d’engagement et de responsabilité de la part des consommateurs, marques et enseignes ne peuvent plus se contenter de construire leur image et d’affirmer leurs valeurs à travers leurs communications habituelles. Elles doivent aussi agir concrètement et, surtout, donner des preuves de leurs actions. L’initiative de Lidl va dans ce sens. En se rapprochant d’applications devenues des réflexes pour les consommateurs, l’enseigne se place aussi en posture d’humilité en les laissant évaluer son offre selon les critères de leurs choix parmi ceux qui leur sont proposés (origine, ingrédients, contribution à l’équilibre alimentaire, respect de l’environnement…). Elle suggère ainsi, sinon l’irréprochabilité du moins la comparabilité de son offre avec les marques nationales, ce qui est une manière de la valoriser. Si une telle initiative confirme la méfiance des consommateurs, elle vient également rappeler la nécessité pour les marques de savoir créer des alliances avec des acteurs tiers objectifs, qu’ils soient issus du consumérisme, du monde de la santé ou du militantisme, pour évaluer leurs produits. Puisque les « collab’ » entre marques sont actuellement très en vogue, pourquoi pas, aussi, en imaginer sous cette forme ?


En bref

Le portail allemand de mode Zalando propose désormais une offre « Connected Retail » permettant aux commerçants physiques de vendre facilement sur sa marketplace avec des commissions réduites.


En bref

Défenseuse d’une mode plus respectueuse de l’environnement, la créatrice britannique Stella McCartney vient de lancer ses premiers vêtements réalisés dans un matériau alternatif au cuir créé à partir de champignons.


En bref

Pour promouvoir ses nouvelles Stan Smith en partie conçues à partir de plastique recyclé, Adidas a imaginé des réceptacles disposés dans deux de ses flagships (Paris et New York) pour inciter à rapporter des bouteilles en plastique en échange de bons de réduction.


Le mot du mois

Décyclage : contrairement à l’upcycling (surcyclage) qui a le vent en poupe, le décyclage, fréquent dans le monde du textile, consiste à transformer un tissu en un autre de qualité inférieure. Ces textiles recyclés sont majoritairement découpés pour devenir des chiffons ou traités pour entrer dans la composition de nouvelles matières.