Skip to content

Le commerce va-t-il encore longtemps rester sur l’idée de libre accès qu’il porte depuis ses origines ?

Vu dans le monde entier et désormais à Paris

À Paris, dans le 9e arrondissement, vient de s’ouvrir le premier établissement français de l’enseigne Soho House, née à Londres et aujourd’hui dotée de trente adresses dans le monde (Los Angeles, Mumbai, Hongkong, Tel-Aviv, New York…) dont la caractéristique est de n’être accessible qu’aux membres de sa communauté. Ne peuvent en effet y accéder que ceux qui ont acquitté leur inscription (2 800€, 900€ pour les moins de 27 ans) et ont été cooptés par un comité composé d’artistes, d’acteurs, d’entrepreneurs et de designers dont les noms sont tenus secret… L’enseigne affirme privilégier les professions créatives (scénaristes, artistes, plasticiens, acteurs) pour justifier son intention d’être un lieu de réseaux. Aucune mention sur la façade, bien sûr. Seuls ceux qui en sont savent.

Qu’en penser ?

Depuis la crise sanitaire et ses effets sur le tourisme, le secteur hôtelier ne cesse de s’interroger sur la manière de continuer à exister. Au point de remettre en cause ses fondamentaux. On voit ainsi des établissements qui s’ouvrent aux habitants de leur quartier en transformant leur lobby en espaces de coworking et leurs chambres en bureaux et, à l’opposé, d’autres qui restreignent leur accès, comme la Soho House, pour être perçus comme des clubs privés. Peut-être la première expression d’une nouvelle forme de consommation exclusive. Ici, ce ne sont plus les signes de standing ou la taille des chambres qui importent, mais les possibilités de rencontres induites par l’entre-soi. Qui, d’ailleurs, songerait dans de pareils hôtels à rester dans sa chambre alors que tant de moments s’offrent à lui ? Roof-top, patio jardin d’hiver, restaurant, bibliothèque, bar à cocktails, salle de gym… L’exemple de la Soho House illustre parfaitement l’évolution du statut des marques de luxe au fil du temps. D’abord signe de distinction, puis de reconnaissance et d’affirmation de soi, le voilà aujourd’hui dans le registre de l’entrisme discret. Une nouvelle forme d’élitisme. À quand les magasins réservés aux possesseurs de carte de membres avec, à la clé, des promesses de réseautage ?


En bref

Depuis le 26 novembre, la marque britannique de cosmétique naturelle Lush n’est plus présente sur Facebook, Instagram, Snapchat et TikTok. Une manière d’alerter ses clients adolescents sur les effets des réseaux sur leur santé mentale.


En bref

Après plusieurs établissements répartis entre Milan, Bali, Londres, Pékin, Dubai et Shanghai, le Bulgari Hôtel imaginé par le joaillier du même nom est ouvert à Paris depuis début décembre, avenue George V. L’établissement propose 76 chambres, dont 75% de suites.


En bref

Tesla a récemment déposé un brevet pour une technologie laser capable de remplacer les traditionnels essuie-glaces. En fonction de la quantité de saleté et de la zone concernée, un faisceau laser est automatiquement orienté vers la saleté qui est aussitôt brûlée.


L’attrape Œil

Troisième poste de dépense, derrière l’alimentation et l’hygiène, la santé pèse un poids non négligeable dans la balance budgétaire des possesseurs d’animaux domestiques : 148 € par an en moyenne, selon la dernière enquête des zOOms de l’Observatoire Cetelem. Face à ces coûts qui peuvent être élevés, près d’1 propriétaire sur 2 serait prêt à souscrire une assurance… une tentation encore plus sensible chez les 18-24 ans (73%).