02 L’évolution du pouvoir d’achat

Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne

Plus d’un Européen sur deux estime que la situation financière de son foyer est moins favorable en 2014 qu’en 2009. Cette appréciation est fortement corrélée à la dégradation de la situation professionnelle et à l’impact du chômage ou de la rigueur salariale, mais tient aussi aux mesures prises pour désendetter les états.
Les plus durement touchés par ces années de crise sont les Portugais. Depuis le début du programme d’ajustement économique et financier de juin 2011, ils ont dû faire face à de très fortes augmentations d’impôts et à la suppression des allocations familiales, de certains avantages fiscaux ou d’aides à la scolarité.
Plus de 40 % des Allemands, des Britanniques et des Roumains estiment à l’inverse avoir vu leur situation financière s’améliorer depuis 5 ans, de même que 32 % à 38 % des Belges, des Slovaques, des Tchèques et des Polonais.

Par rapport à il y a 5 ans, diriez-vous que la situation financière de votre foyer s'est...

Télécharger cette infographie pour vos présentations

La crise a également accru les inégalités au sein des différents pays d’Europe. En Hongrie et en Espagne, les disparités augmentent, contrairement à la Roumanie, l’Allemagne et la Pologne, où elles diminuent fortement. En France, l’augmentation des inégalités est deux fois plus forte que la moyenne de la zone euro.

Un quart d’Européens au pouvoir d’achat libéré…

C’est notamment le cas en Italie, en Allemagne et en Belgique, avec des effets très favorables pour la consommation. Cette situation positive concerne 36 % des plus de 60 ans, mais aussi 26 % des 31-60 ans et 22 % des 18-30 ans. Il n’y a donc pas d’âge pour être un « Européen à pouvoir d’achat », même si le fait d’être senior semble devoir constituer un léger avantage.

… Pour un quart au pouvoir d’achat entravé

Particulièrement en Pologne, Hongrie et République Tchèque. Dans ces trois pays, la consommation individuelle effective était en 2013 inférieure de 20 % et 40 % à la moyenne européenne. Un résultat qui s’applique également à 50 % des Roumains.

Concernant votre pouvoir d'achat actuel, vous diriez....

Télécharger cette infographie pour vos présentations

Des contraintes qui donnent envie d’épargner et de consommer

Les contraintes de pouvoir d’achat incitent tout d’abord à l’épargne de précaution. Ainsi, les Européens exposés à celles-ci sont 5 fois plus nombreux à prévoir d’épargner « certainement » (43 %) que ceux n’ayant pas ou peu de contraintes de pouvoir d’achat (8 %), et 2 fois moins nombreux à n’envisager aucune hausse d’épargne (24 % contre 50 %).
Induisant le report de certains achats, les contraintes de pouvoir d’achat conduisent aussi à souhaiter augmenter ses dépenses dans l’année en espérant que celle-ci sera plus sereine. Cependant, la part d’individus n’envisageant pas d’augmenter ses dépenses est voisine de 35 %, quelles que soient les contraintes de pouvoir d’achat. Le signe que les motifs ne sont pas seulement budgétaires et que beaucoup de projets ont été réalisés malgré la crise.
Ainsi, la consommation pourrait connaître un vrai regain « de libération » en 2015, et ce d’autant plus que la faiblesse de l’inflation est favorable aux consommateurs.