Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

Partie 2 - L'économie circulaire prend racine

Des usages affirmés et de plus en plus développés

3 minutes de lecture

Une note de A+ pour les 3R

L’économie circulaire concentre donc deux mots qui résonnent positivement aux oreilles des Européens, d’autant plus que son périmètre sémiologique est clairement circonscrit. Mais mieux encore, tels des Monsieur Jourdain de l’économie circulaire, ils mettent résolument en pratique les trois R qui lui sont associés : Recycler, Réduire, Réutiliser.economie circulaire box
Le clivage géographique est à nouveau assez prononcé entre d’un côté les pays de l’ouest et du nord et de l’autre ceux situés à l’est. Il est aussi, mais de manière moins marquée, générationnel, les plus de 50 ans se montrant régulièrement les plus assidus, quel que soit le R concerné.

Le tri des déchets, et plus largement le recyclage, est la pratique qui mobilise le plus les Européens (Fig. 4). Plus de 6 Européens sur 10 s’y adonnent régulièrement, les Italiens conservant leur position de leader, suivis de près par les Autrichiens, les Espagnols et les Suédois. À l’inverse, les Bulgares se montrent de loin les moins assidus en ce domaine.

Fig. 4

SupermarketLa réduction des déchets est elle aussi souvent pratiquée. 46 % des Européens le déclarent. Et une fois encore, les Italiens confirment leur vertueuse attitude en matière d’économie circulaire. Les plus réfractaires se comptent désormais dans les rangs des Tchèques.

Dernier des R mis en pratique, la réutilisation des produits, à travers leur vente, leur don ou leur réemploi, mobilise régulièrement 43 % des Européens. Avec à nouveau les Italiens et les Tchèques pour occuper respectivement le sommet et le plancher du classement des nations. 

Des pratiques qui se confirment avec le temps 

Si l’attitude des Européens quant à la mise en pratique de l’économie circulaire est positive, elle est surtout encourageante, dans la mesure où ils estiment s’y adonner davantage avec le temps.

1 Européen sur 2 déclare ainsi davantage recycler ses déchets et les réduire depuis trois ans (Fig. 5). Cette fois-ci, on n’enregistre pas véritablement de segmentation géographique. L’Italie, la Pologne, le Danemark et la Roumanie forment le quatuor des plus assidus, tandis que l’Allemagne, la Bulgarie et la Norvège composent le trio des moins encouragés. Comparée à ces deux pratiques qui présentent un historique plus ancien, la réutilisation des produits est elle aussi en notable augmentation sur cette même période avec 44 % des Européens qui estiment s’y adonner davantage. 

Fig. 5

Sous-Partie 5
Un concept en voie de reconnaissance
Depuis sa première occurrence en 1990, le concept d’économie circulaire a fait son chemin. Deux mots simples qui, une fois rassemblés, gardent cependant une part de mystère aux yeux des Europée
Sous-Partie 7
Une notoriété en devenir
Le quart des Européens disent savoir ce que signifient les termes d’économie circulaire ; ils sont encore plus nombreux à estimer qu’elle est développée dans leur pays, soulignant ainsi, c