Observer, éclairer et décrypter l'évolution des modes
de consommation en France et à l'international

1 / 3 Les contours du plaisir en temps de crises

Quelle place pour le plaisir dans une période si mouvementée ?

Plaisir Temps pour soi Frustration
mai 2022
Alors que les crises se succèdent ces dernières années, accentuant notre sentiment de vulnérabilité, les zOOms de l’Observatoire Cetelem ont choisi  d’interroger la dimension du plaisir dans cette période de tumulte, d’incertitude et parfois même anxiogène. 
Comment vivre pleinement ? Où trouver des interstices de plaisirs ? Les zOOms tenteront d’y répondre au travers de 3 vagues successives d’enquête.
Ce premier volet se concentre sur le ressenti des Français, leur perception de l’importance du plaisir, et la façon dont les événements extérieurs impactent leur capacité à se faire plaisir.

Quels sont les principaux enseignements de cette enquête ?

Plaisir et frustration
S’il est important de se faire plaisir dans la vie de tous les jours pour 94% de Français, voire « très important » pour la moitié d’entre eux (49%), seuls 40% ont le sentiment de s’offrir suffisamment de petits plaisirs au quotidien et 4 Français sur 10 (41%) déclarent éprouver plus de difficultés qu’il y a 3 ans à se faire plaisir.

Avoir du temps pour soi, une condition essentielle pour accéder au plaisir
71% des Français mettent en tête le temps qu’ils ont à leur disposition comme un facteur favorisant leur plaisir en ce moment.
Viennent ensuite leur hygiène de vie (68%), leur moral (60%) et leur forme physique actuelle (58%).

L’inflation, élément fortement perturbateur du plaisir…
45% des Français désignent le budget dont ils disposent actuellement comme un obstacle à leur plaisir. Plus de 3/4 de la population (77%) mentionnent l’inflation et la crise économique comme l’un des évènements récents ayant le plus porté atteinte à leur plaisir quotidien.

 … mais aussi les crises sanitaire, géopolitique et dans une moindre mesure écologique
Parmi les autres actualités, la pandémie (75%), la guerre en Ukraine (67%) et les attaques terroristes (64%) sont identifiées comme ayant (eu) un impact non négligeable. Également, plus d’un Français sur deux (56%) estiment aujourd’hui son plaisir perturbé par les questions liées au dérèglement climatique.

De la difficulté d’éprouver du plaisir sans culpabilité
Plus de la moitié (54%) des Français s’estiment mieux lotis que la moyenne de la population mondiale et ils se disent même affectés dans une proportion quasi identique (56%) par les difficultés des autres. Si parmi ces 56%, une majorité (46%) parvient à en faire abstraction, pour 10% cela représente un réel handicap dans leur capacité à éprouver du plaisir.
Ainsi, 60% des Français estiment qu’il est difficile de se faire plaisir sans culpabilité aujourd’hui.

Face à ces contraintes au plaisir, des comportements émergent…
68% se montrent souvent tentés par le repli et l’envie de se couper du monde pour retrouver du plaisir.
Plus des 3/4 des Français indiquent adopter des comportements plus responsables pour l’environnement ou la société : 8 Français sur 10 considèrent notamment que les écogestes constituent des comportements choisis librement et réalisés avec plaisir, plutôt que des contraintes pesantes.

 

Retour en haut de la page
16
juin
2022

2 / 3Après la pandémie, la tentation du repli ?

07
juil
2022

3 / 3Dépenses-plaisirs : l’impossible renoncement

+ à la découverte des autres enquêtes des zooms